lundi 22 décembre 2008

News site - Publications

Oui je sais je n'ai rien posté depuis bientôt un mois,mais c'est parce que je bossais figurez vous !
Vous pourrez voir le résultat de ces travaux dans Police Pro N°13 de janvier - février (éditions Histoire et Collections) pages 66 à 71, chez tous les bons libraires en janvier 2009 (oui forcément).

Si vous êtes sages je posterai peut être des images.

Bonnes vacances et bonnes fêtes à tous.

dimanche 23 novembre 2008

[News] La Navy mélange FCS et LCS

Dans le cadre de son programme de Littoral Combat Ship (LCS), l'US Navy emprunte à l' US Army un morceau de son Future Combat System (FCS), le Non Line Of Sight Launch System (NLOS-LS) et ses missiles PAM (Precision Attack Munition)

Camion FMTV de l'US Army équipé de deux conteneurs NLOS-LS

Le nouveau LCS sera équipé de 4 containers NLOS-LS, soit un total de 60 missiles, lui permettant d'assurer des frappes précises en soutien des troupes déployées au sol, sans pour autant avoir besoin d'une base d'appui feu sur un terrain potentiellement hostile, ni de bateaux de combat de ligne. Cette nouvelle capacité permettra au capitaine commandant un LCS une puissance de feu accrue et précise jusqu'à une quarantaine de kilomètres.

Le NLOS-LS est à l'origine développé comme un remplaçant de la pièce d'artillerie mobile ou fixe, destinée à apporter aux forces de projection un moyen de soutien peu coûteux, léger et simple à transporter.
Le système se présente sous la forme d'un simple container - le CLU (Container Launch Unit) - parallélépipédique, ce qui permet de simplifier le transport, divisé en 16 compartiments. 15 de ces compartiments, démontables, contiennent des missiles PAM Raytheon, le 16e contenant le système de lancement et de guidage.
Le fonctionnement est en tout point identique à celui du Vertical Launch System (VLS) utilisé sur certains croiseurs et sous marins : au lieu d'être pointés sur la cible pour un tir direct, les missiles sont tirés à la verticale, puis redirigés sur la cible par leur autodirecteur. Cela permet d'engager des cibles multiples à 360° sans avoir besoin de modifier les réglages de la plateforme de tir.
Le CLU est utilisable sur l'importe quelle plateforme, d'un sol en terre aux plus gros camions de l'US Army, en passant par le HMMWV "Humvee" et peut être transporté sous élingue par des hélicoptères légers, permettant une distribution des systèmes au plus petites unités sur le terrain, ou a des postes avancés isolés ou hors d'accès pour les pièces d'artillerie tractées ou automotrices.

Pam

Le missile utilisé par le système est appelé PAM, pour Precision Attack Munition. Le PAM, une fois sorti de son conteneur, est dirigé vers une "tache" GPS autour de sa cible. Une fois dans le secteur ciblé, le missile est guidé par laser vers sa victime par des opérateurs au sol ou un drone aérien. Ce système permet des frappes de précision jusqu'à 40km, distance que les ingénieurs de Raytheon espèrent pousser jusqu'à 60km dans les prochaines versions de Pam.

video

samedi 25 octobre 2008

[News] WTF-SAPI

RRTV 5000 de Evolution Armor Systems,
développée autour du système Skalaar Exoskin Level 4+

Originellement prévus en 2007, puis en 2008, les retards des tests pour les nouveaux systèmes X-SAPI permettent à un petit nouveau de s'incruster dans la course.

Le nouveau système, appelé Skaalar Exoskin Gen4+, est un nouveau point de vue sur le concept du pare-éclats, développé par Allan Bain et sa société Evolution Armor Systems : la plaque balistique anti-trauma souple.

Utilisant la technologie scalaire (connue principalement par le biais du tristement célèbre Dragon Skin) dont Allan Bain est l'un des inventeurs, le système utilise le même concept de disques intercalés les uns sur les autres en biais, permettant aux balles de ne jamais frapper la protection rigide à angle droit.
Avec l'aide d'ingénieurs de la Georgia Tech University, Bain a réussi à créer des disques de céramique de taille plus réduite, plus résistants sans pour autant sacrifier la masse totale du système. Prenant bonne note des critiques vis a vis de Dragon Skin, il a pensé son Exoskin de manière à couvrir ces défauts.
La partie céramique est isolée du corps par plusieurs épaisseurs de Spectra Shield 2e génération, à la manière des plaques SAPI réglementaires, et recouverte à l'extérieur de plusieurs épaisseurs de Kevlar XLT 600 Deniers, permettant de stopper les éclats avant qu'ils n'arrivent à la céramique, tout cela sans que l'ensemble ne soit plus épais ou plus lourd qu'une plaque E-SAPI, actuellement standard dans l'US Army.

D'après Evolution Armor Systems, l'Exoskin Gen4+ a passé avec succès des tests face à une des munitions perforantes les plus puissantes disponibles sur le marché, de fabrication suisse, dont la marque et le modèle n'ont pas été divulgués pour des raisons de sécurité. Lors des tests, les balles ont traversé les 9 épaisseurs de Kevlar XLT, perforé les plaques de céramique mais ont été stoppées par le Spectra Shield.

Pour le moment le système Exoskin niveau 4+ n'est disponible à l'achat que pour les personnels appartenant au SOCOM ou des agences gouvernementales, et d'après Allan Bain est actuellement testée par des opérateurs de l'USASOC (US Army Special Operation Command) pour déterminer si ce type de protection ballistique est adapté à leurs besoins.
L'US Army, qui effectue les tests de systèmes balistiques pour le compte du DoD, ne compte pas pour le moment acheter pour ses troupes l'Exoskin, renommé F-SAPI (Flexible - Small Arms Protective Insert), en raison de son coût actuel extrêmement élevé.

D'après Allan Bain, son Exoskin 4+ permettra de créer des armures "à la Star Wars", permettant une protection optimale souple couvrant la totalité du soldat...

lundi 20 octobre 2008

[News] Le chant du colibri le soir au dessus des joncs.

Boeing A160T "Hummingbird"

Le 17 Octobre, le SOCOM (US Special Operations COMmand) a signé un contrat avec Boeing pour la fourniture, à partir de Novembre 2008, d'appareils A160T "Hummingbird" (Colibri). Le A160T permettra au SOCOM de posséder sa propre flotte d'UAV (Unmanned Aerial Vehicules, drones aériens) adaptés à ses missions, et ne nécessitera donc plus d' "emprunter" les appareils MQ-1 Predator déployés par l'US Air Force ou la CIA.
D'après le SOCOM, les appareils permettront de transporter du ravitaillement dans les endroits difficilement accessibles et surveiller sans les perdre de vue les éventuelles cibles des troupes au sol. Pour cela le A160T sera équipé du radar FORESTER (Foliage Penetration Reconnaissance, Surveillance, Tracking and Engagement Radar) qui lui permettra de détecter et surveiller des cibles situées derrière le couvert de végétation.

Développé par la société Frontier Aircraft (rachetée par Boeing en 2008), le Hummingbird est un drone aérien à décollage vertical utilisant un système de sustentation alternatif, avec à la fois une voilure tournante lui permettant de fonctionner comme un hélicoptère, et une voilure fixe pour permettre une consommation moindre lors des déplacements horizontaux.
Le A160T peut par ailleurs transporter jusqu'à 8 missiles air-sol AGM-114 Hellfire pendant plus de 15h, en vol stationnaire ou horizontal. Un test de vol de 12h avec charge de 500kg a d'ailleurs été effectué avec succès le 15 Octobre 2008, les ingénieurs de Boeing ayant rapporté que les 12h de vol n'avaient consommé que 60% de la réserve de carburant de l'appareil. Un vol de 20h avec charge de 140kg est prévue avant la fin du mois d'octobre par Boeing.

jeudi 16 octobre 2008

[News] AC-130H, callsign "Death Star"

Boeing réalise le rêve des fans de Star Wars...
L'avionneur et entreprise de défense basé à Chicago vient de décrocher un financement lui permettant de continuer le développement de son ATL (Advanced Tactical Laser), l'US Air Force ayant même délivré un AC-130H à Boeing pour servir de plateforme de tests grandeur nature.

AC-130H

Malheureusement pour les fans de combats spatiaux, l'ATL est construit autour d'un Laser Chimique Iode-Oxygène (COIL en anglais dans le texte), qui est infrarouge et donc invisible à l'oeil nu.
L'ATL remplacera tous les armements embarqués de l'AC-130 (un canon 25mm rotatif GAU-12/U, un Bofors L/60 de 40mm et un M102 de 105mm), pour la simple (et bonne) raison que le système de fonctionnement prends la totalité de l'espace interne (excepté les postes de suivi et de guidage) disponible à l'arrière de l'appareil.

Schéma général du système ATL

Alors la question est, comment marche l'ATL ?
Lorsque le tireur a trouvé sa cible et pressé la détente, le chlore se mélange avec du peroxyde d'hydrogène. La réaction donne des molécules d'oxygène hautement agitées, qui sont poussées par de l'azote sous pression à travers une vapeur d'iode, transférant l'énergie des molécules d'oxygène. Il en résulte une lumière très intense.
Le rayon est amplifié par un système de résonance optique qui force l'iode à se séparer de son énergie, augmentant encore l'intensité du rayon. Il est ensuite envoyé à travers un conduit (un peu comme le tunnel de tir dans l'étoile de la mort) dans un "banc optique" (optical bench), qui mesure la qualité du rayon. Le rayon, maintenu puissant par un système de régulation compensant les vibrations, l'humidité et la température de l'appareil, est ensuite envoyé dans un système d'accroissement du rayon (beam expander) pour arriver à un diamètre d'environ 510 mm, qui est tiré par le biais d'une tourelle placée sous l'appareil.
Bien entendu tout cela se passe en une fraction de seconde, et pour réduire le risque de brûler tout ce qui passe, le rayon n'est activé qu'une poignée de secondes.

Armement de l'AC-130H :
Bofors L/60, M201 Howitzer


La cible, quand à elle, peut connaître plusieurs fins. Selon le réglage du rayon par le tireur, on peut aller d'un simple réchauffement (pour griller un système électrique par exemple) a une combustion complète de la cible...
L'avantage du système c'est qu'il ne laisse pas de traces, qu'il ne peut être dévié (à part en installant une base faite de miroirs géants à la limite) et surtout que contrairement aux armes comme canons et missiles, il limite les dégâts collatéraux, ne frappant que sa cible sans envoyer de morceaux de ferraille voler dans tous les sens...

L'arme aérienne ultime en somme, à l'image de la Death Star des troupes impériales...

mardi 14 octobre 2008

[Armement] MEU(SOC) Pistol

MEU(SOC) Pistol
USMC Precision Weapons Section (PWS)


MEU(SOC) Pistol

A l'adoption du M9 Pistol en 1985, les Force Recon de l'USMC se retrouvent devant un problème majeur : Ils sont déjà équipés comme arme d'assaut du MP5-N en 9x19mm Lüger, ce qui crée une redondance de calibre, le problème ne s'étant pas présenté avec le 1911A1 précédemment en service. D'autre part les Marines n'ont que peu confiance dans le pistolet de Beretta.
Ils demandent donc, et obtiennent, une dérogation pour utiliser un autre pistolet, reconstruction sur la base du 1911A1 "Stock" (GI model)

MEU(SOC) (en haut) et 1911A1 "GI Model"

En 1985, le Colonel (ret) Robert Young soumet donc au PWS ( Precision Weapons Section), la section armuriers de Quantico, qui préparent déjà les M40A1 et A2 des Scout Snipers, un clone 1911 construit selon ses spécifications personnelles, qui sont les suivantes :
  • Canon standard 5 pouces (Government) Match Grade pour une précision optimale
  • Tige guide de ressort de rappel courte (standard)
  • Extracteur standard (interne)
  • Hausse Novak LoMount Tritium
  • Guidon combat
  • Détente standard avec une pression de départ entre 4 et 4.5 livres
  • Sécurité de poignée Beavertail-style avec pad
  • Chien de Colt Commander (évidé)
  • Sécurité externe (au pouce) rallongée et ambidextre
  • Pas de sécurité de percuteur
  • Attache pour dragonne
  • Puit de chargeur retaillé (pour améliorer la vitesse de rechargement)
  • Angles externes adoucis
  • Stries d'armement à l'avant et à l'arrière de la glissière
  • Finition extérieure noire mat
Ces spécifications peuvent paraître communes pour un clone 1911 actuel, mais à l'époque peu de pistolets arrivent à ce niveau de modification.
Le pistolet lui reviendra débarrassé de ses organes de visée d'origine, remplacés par un modèle surélevé de Colt Série 70.

MEU(SOC) en haut, 1911A1 Stock en bas,
On remarque aisément les différentes externes : logement de ressort, chien,
pédale de sécurité, organes de visée, chargeur, sécurité de pouce, beavertail.

Les armuriers de Quantico reprennent les spécifications du Colonel (ret) Young, en ajoutant quelques améliorations eux-mêmes :
  • Détente longue perforée pour aider au tir rapide
  • Plaquettes Pachmayr GM-45CS "checkered" noires, caoutchouc pour remplacer les originales en bakélite
  • Logement du ressort de chien plat
Les pistolets sont construits sur une carcasse 1911A1 "GI" tirée des stocks toujours disponibles dans le Marine Corps. Chaque carcasse est inspectée sous toutes les coutures, les pièces de contact polies, et certaines parties retouchées pour accepter le montage de la pédale de sécurité avec beavertail.
Les glissières sont elles achetées chez le fabricant civil Springfield Armories, ou, pour certaines séries, chez Caspian Armories, pour des raisons de retards chez Springfield.
Selon les arrivées, les glissières sont équipées soit d'une visée militaire rehaussée fabriquée sur place, soit d'une visée Novak basse.

MEU(SOC) et 1911A1 GI.
On peut remarquer facilement les différences.

Chaque pistolet est fabriqué à la main par le PWS, avec des pièces spécialement commandées pour, ce qui explique la grande variété de marquages et fabricants de glissières. Techniquement chaque pistolet est une pièce unique, et ces différences augmentent à chaque reconstruction du pistolet (après environ 40 000 cartouches tirées).
Le MEU(SOC) (Marines Expeditionary Unit - Special Operations Capable) Pistol est distribué avec 8 chargeurs de 8 coups en acier inoxydable Wilson Combat, cependant certains opérateurs leurs préfèrent les modèles 10 coups Wilson Combat pour des raisons de capacité d'emport.
Le montage de lampes tactiques sur le MEU(SOC) est prohibé à partir de son introduction, les lampes de l'époque se fixant sur le levier de verrouillage du mécanisme/levier de blocage de glissière et risquant donc de perturber la mécanique Match Grade. Malgré l'interdiction les opérateurs ne se privèrent pas de se fournir en lampes Surefire H10 (310 et 610), et plus récemment en rails de montage MR07 (Surefire) ou LightSpeed rail (DawsonPrecision).

Force Recon à l'entraînement sur le pont d'un porte avion.
Chaque homme est équipé d'un MEU(SOC) Pistol
et d'un kit Full Spectrum Battle Equipement (FSBE)

Le MEU(SOC) devient le pistolet standard (et non réglementaire) des opérateurs Force Recon à partir de 1986 et le restera jusqu'à leur transformation en (Marine MSOBSpecial Operation Battalion) pendant les années 2000. Il reste cependant l'arme secondaire des opérateurs des MSOB, malgré les rumeurs de remplacement par le Kimber ICQB ou un nouveau Springfield Operator.

Force Recon en entraînement de tir.
On remarque aisément les différents organes de visée sur les MEU(SOC)
Les opérateurs sont équipés du kit FSBE de seconde génération (FSBE II)

vendredi 10 octobre 2008

[News] L'ancetre bientôt à la retraite ?

En service depuis bientôt 90 ans avec son entrée en service en 1921, la Browning M2HB va bientôt pouvoir prendre sa retraite.

Browning Machine Gun, Cal. .50, M2, HB, Flexible

En effet l'US Army développe un nouveau système d'arme, dérivé du XM307 (arme collective en calibre 25mm) et chambré pour la munition .50 Browning Machine Gun (12,7 x 99 mm), nommé pour le moment LightWeight 50, ou LW50.
La LW50, dérivée du programme XM312, apporte plusieurs avantages. Tout d'abord elle fonctionne sur une mécanique prévue à l'origine pour une munition beaucoup plus puissante, la grenade de 25 x 59 mm, en utilisant le même système de réduction de recul, qui permet donc d'améliorer la précision et de pouvoir utiliser des optiques grâce à la diminution du mouvement de l'arme lors du tir. Cette diminution du recul permet aussi de ne plus avoir besoin de lester le trépied au moment du placement et donc permet d'accélérer la mise en place.

LW50 en test a Fort Belvoir, Va

La réduction se fait aussi au niveau de la masse du système : la LW50 pèse la moitié de la M2HB actuelle, permettant aux troupes au sol de pouvoir les déplacer beaucoup plus rapidement, et est compatible avec tous les montages utilisés pour la M2HB (y compris le système téléopéré CROWS) et donc ne nécessite pas de modification des systèmes d'arme fixes actuels de l'US Army.

Le concept intéresse particulièrement l'USSOCOM, car il permettrait d'armer les véhicules légers d'une arme beaucoup plus dévastatrice que les M240B actuellement utilisées.

jeudi 2 octobre 2008

[News] L'USMC se met au Plate Carrier

En 2006, après plusieurs années de demandes par les troupes du Marine Corps, le SysCom (United States Navy Bureau System, chargé de l'achat et test des équipements destinées aux troupes USMC/US Navy) choisit le pare-éclats MTV (Modular Tactical Vest) en remplacement du système IBA (Interceptor Body Armor, conçu dans les années 90) pour équiper la totalité des Marines sur les différents théâtres d'opérations. A partir de 2007 les vestes commencent à être livrées et les commandes devraient se terminer courant 2009, après la livraison de 60 000 vestes.

Modular Tactical Vest en Coyote Brown #498,
pare-éclats standard des troupes de l'USMC

Seulement cette MTV, tout en étant plus pratique que l'IBA et apportant un niveau de protection plus élevé notamment grâce aux Side-SAPI (plaques céramiques latérales) intégrées, est considérés beaucoup trop lourde et encombrante par les soldats, qui n'hésitent pas à la comparer aux "Hesco", protections remplies de sable positionnées à l'entrée des bases...
La demande pour une veste plus légère est principalement présente en Afghanistan, où les troupes doivent faire beaucoup de marche à travers un environnement vallonné, mais ne souhaitent pas pour autant se délester de leurs protections à cause de la menace posée par la guérilla Talibane.

Le SysCom est donc revenu avec une proposition plus légère que la MTV : le Scalable Plate Carrier.

USMC Scalable Plate Carrier

Petit rappel :
Le système Plate Carrier (PC) a été introduit par la firme London Bridge Trading dans les années 90. Le PC est une simple chasuble transportant deux plaques céramiques rigides, une à l'avant de la veste et une dans le dos. A double emploi, la veste permet soit de rajouter une capacité classe IV à un gilet pare-éclat souple, ou en se basant sur la philosophie de Fisher "speed is protection", de ne porter que la protection minimale (avant et arrière) pour être plus mobile.
Ce système a au cours des années gagné le coeur d'une grande partie des forces spéciales américaines, et est présent dans la plupart des kits balistiques américains destinées aux SOF.
Au cours des dernières années, le système original du Plate Carrier a évolué vers un système plus complet, avec l'addition du cummerbund (ceinture lombaire) et de protections balistiques de classe III souples, à la fois dans les parties avant et arrière et dans le cummerbund, lui permettant d'arriver à une protection à 360°, plus légère que les imposantes Body Armor comme la CIRAS en apportant une protection comparable.

Devant cette évolution, le SysCom a donc jeté son dévolu sur le SPC, qui est en gros une version allégée de la MTV. Le but est ici de proposer une veste plus légère et permettant une plus grande liberté de mouvement, et surtout une modularité de protection. Contrairement à la MTV, le SPC n'a pas de Side-SAPI intégrées mais ajoutées, et les protections comme le col balistique sont démontables pour permettre une moins grande rigidité du système.
Il est prévu que 10 000 Scalable Plate Carrier soient achetés, la commande de Modular Tactical Vests étant pour le moment bloqué à 84 000 en attendant les retours d'expérience sur la nouvelle veste.
Le SPC devra remplacer la MTV dans les théâtres d'Afghanistan, d'Asie (le climat chaud et humide y réduit grandement le confort des MTV) et en Amérique du Sud.

Ce nouveau système démontre de plus la volonté de l'USMC à laisser ses commandants sur le terrain décider du niveau de protection des soldats sous leurs ordres, plutôt que de les ordonner depuis leurs bureaux climatisés du Pentagon.

mercredi 1 octobre 2008

[News] Programme KC-X, mieux que Dallas et les feux de l'amour réunis

Dans l'un de mes articles du 9 Mars 2008, je vous annonçait la défaite du KC-767 face au KC-45A.

Eh bien entre temps le vent a changé plusieurs fois, puis fatigué il s'est arrêté et reprendra dans quelques mois.

Reprenons les faits.
Début Mars le KC-45A d'EADS/NGC remporte la compétition KC-X. EADS se mets a fabriquer le premier appareil de série, mais celui ci est stoppé au milieu du processus (l'aménagement intérieur n'est pas encore fait à l'heure où sont écrites ces lignes) par le Congrès, qui décide de revoir le dossier. Il se révèle que certaines irrégularités ont été faites et que le contrat doit repartir une fois de plus du début...
Boeing ayant eu le temps de faire évoluer son offre entre temps, les responsables de l'Air Force décident eux aussi de faire évoluer les spécifications de l'appareil demandé, qui avantagent désormais ouvertement l'offre Northrop-Grumann/EADS en demandant un appareil avec la plus large capacité d'emport possible.
Boeing porte donc plainte au congrès, et après une multitude d'avancées et de reculs, il est statué que le dossier sera mis en suspens et que la nouvelle administration devra prendre la décision.
Boeing, jamais a court d'annonces, a donc lancé à grand bruit le développement du KC-777, qui permettrait à l'entreprise de Chicago d'avoir une meilleure chance de remporter le contrat face au KC-45A d'Airbus. Sans penser à préciser que ses chaînes de fabrications de la cellule 777 sont déjà pleine, produisant 7 appareils par mois, et que le carnet de commandes est lui-même rempli jusqu'ad vitam aeternam.

Après le dossier F-22 et C-17, c'est donc le KC-X qui est renvoyé aux calendes grecques par l'administration Bush.

lundi 28 juillet 2008

[News] Appui feu sans sucre

Après les AC-47, AC-119, AC-123 et AC-130, l'AFSOC ( Air Force SpecialOperations Command, branche Air Force du SOCOM) lance son nouveau projet, l'AC-XX Gunship Lite.

Basé sur le fameux C-27J Spartan de l'italien Alenia, acheté en grand nombre par le Departement of Defense pour le Joint Cargo Aircraft Program, le Gunship Lite est destiné à apporter un moyen d'appui feu plus compact et plus léger à mettre en action que le massif AC-130U actuellement en service, sans pour autant le remplacer.

AC-130U Spectre

Le programme AC-XX porte pour le moment sur un unique appareil, acheté directement à Alenia (l"usine L3 Communication/Boeing sensée produire les C-27J est pour le moment loin d'être opérationelle) et modifié à un standard Gunship avec des systèmes déjà éprouvés sur les AC-130.
Ces implémentations d'appareils d'appui-feu légers a déjà été tenté, notamment durant la guerre du Vietnam, avec les appareils AC-119G et AC-123K, mais jusqu'à présent seule la plateforme lourde (AC-130) a réussi à survivre aux années.

samedi 12 juillet 2008

Info site - Changement de rythme

Bonjour a tous. J'ai été contacté par un magazine français assez connu pour écrire quelques lignes... Cela risque donc de ralentir quelque peu l'écriture des articles prévus, même si aller plus loin que le quasi immobilisme reste assez difficile... Il va falloir que je fasse des articles ici qui ne reprendront pas mes infos "pro", ce qui sera assez difficile à gérer...
Ceci dit je vais continuer à écrire sur le CSAR-X au moins.

lundi 16 juin 2008

[News] CSAR-X, la totale

Il y a quelques temps étaient lancés une série d'enquêtes sur le programme CSAR-X (Combat, Search And Rescue - X).
A l'origine appelé Personnel Recovery Vehicle (PRV), ce programme est sensé doter l'US Air Force d'un remplaçant au HH-60G Pavehawk utilisé actuellement et très critiqué, entre autre à cause de son manque d'espace intérieur et sa motorisation plus que limitée (surtout a haute altitude). La plateforme H-60 est elle même la remplaçante de la plateforme H-53 (HH-53/MH-53 Pavelow II et III) utilisée pour les missions de sauvetage CSAR à partir des années 70 et aujourd'hui toujours utilisée pour les missions spéciales.

En Novembre 2006 le HH-47 de Boeing est sélectionné comme gagnant du programme CSAR-X, mais depuis le projet est stoppé à cause des controverses qu'il soulève de toutes parts...

Je réaliserai donc une série d'article sur le programme, les specs demandées par l'US Air Force à l'origine, les appareils présentés et les différentes questions soulevées depuis la fin de l'année 2006 sur la légitimité de la victoire de Boeing...

samedi 17 mai 2008

Infos site - Un an déjà

On me fais remarquer que ça fait déjà un an que j'écris en ce lieu, donc pour marquer le coup je ne vais strictement rien faire.

Par contre pour ceux qui se lamentent face au manque de mises à jour, je vais tenter d'augmenter la cadence (on ne retournera pas à la cadence d'origine mais ça sera plus d'un article par mois). Donc toujours des News de derrière les fagots, et probablement quelques articles armement et équipement.

A venir, le FN FAL et le HK53. Si vous me laissez un peu de temps pour écrire les articles bien entendu.

Bon weekend à tous.

lundi 12 mai 2008

[News] US Navy, éditeur de Mangas ?

La plupart d'entre vous connaissent le Manga, équivalent japonais de ce qu'est la bande dessinée franco-belge dans le monde francophone, et des Comics aux États Unis.
Ce que vous ne savez probablement pas, c'est que l'US Navy édite.

Le manga en question, titré CVN-73 et faisant 200 pages, est destiné à faire comprendre aux jeunes japonais, souvent craintifs face au nucléaire (ce qui est compréhensible étant donné leur passif), le fonctionnement d'un navire porte-avions a propulsion nucléaire, dans le cadre de l'arrivée de l'USS George Washington (CVN-73) dans la base navale de Yokosuka (préfecture de Kanagawa) en Août 2008.
Le G.W. est le premier navire à propulsion nucléaire américain a être déployé de façon permanente au Japon.

CVN-73 racontera la vie à bord de Jack Ohara, un marin (fictif) d'origine americano-japonaise, lors de sa première mission à bord du porte-avion.

Le déploiement du George Washington est très mal vu par la population japonaise de la région de Yokosuka.

dimanche 13 avril 2008

News - L'US Navy réclame ses F-35C

F-35A Lightning II

Les dernières nouvelles concernant le F-35 commencent à faire du souci aux pontes de l'US Navy. Outre la probable augmentation du coût des appareils, la production pourrait être retardée, et créer un gouffre imprévu dans les capacités opérationnelles de l'aéronavale américaine.
En effet, avec le retrait du service de nombre de ses appareils, tous plus ou moins remplacés par les F/A-18C Hornet et 18E Super Hornet, l'US Navy risque de se retrouver a court d'avions polyvalents d'ici à 2016, année de retrait des premiers F/A-18C encore en service.
La Navy se retrouverait donc, selon les estimations, avec un manque de 70 appareils d'ici 2016 si le F-35C est retardé, et les Marines, qui doivent eux s'équiper de F-35B, se retrouveront avec un manque de 130 appareils, dû au retrait combiné des F/A-18C Hornet et des AV-8B Harrier II.
Cependant, contrairement à nombre de pays faisant partie du programme et à l'US Air Force, la Navy ne considère pas faire passer les budgets d'achat du F-35 dans d'autres appareils immédiatement disponibles.


Le F-35 Lightning II se présentera sous trois versions distinctes :
  • F-35A, monoplace multirôles à décollage et atterrissage conventionnels, destiné aux opérations a partir de base terrestres. Remplaçant attitré du F-16 Fighting Falcon et du A-10 Thunderbolt II. Clients US Air Force, Italie, Pays-Bas, Australie, Turquie, Canada et Norvège;
  • F-35B, Monoplace multirôles à décollage court et atterrissage vertical, destiné aux opérations depuis porte-avions ou porte-hélicoptères. Remplaçant attitré des AV-8B Harrier II, AV-8A/C Harrier, Hawker SideleyHarrier GR7/9 et F/A-18A/C Hornet (Marines). Clients US Marine Corps, Grande Bretagne;
  • F-35C, Monoplace multirôle navalisé à décollage et atterrissage court, destiné aux opérations a partir de porte-avions. Remplaçant attitré des F/A-18A/C (US Navy). Client US Navy.

lundi 31 mars 2008

News - Boeing sur le banc des accusés

Après avoir perdu le contrat de remplacement du KC-135, Boeing se retrouve en procès... Contre un pilote.

Et pas n'importe quel pilote. Celui ci est Stephen Stilwell, Major dans la Missouri Air National Guard, qui avait réussi à se sortir in extremis de son F-15C quand celui-ci s'était volatilisé en plein ciel au dessus de Dent County, le 2 Novembre 2007.
Stilwell, pilote pour Southwest Airlines dans le civil, accuse la multinationale d'avoir failli à son devoir en ne prévenant pas l'US Air Force que les F-15C, qu'ils produisent depuis le rachat de McDonnell Douglas en 1997, n'étaient pas fiables passé un certain temps d'utilisation à cause de la fatigue de certaines pièces structurelles. Son accident avait entraîné le maintient au sol de la flotte de F-15 de l'US Air Force, qui avait découvert lors des inspections plusieurs appareils avec des pièces n'ayant pas été fabriquées aux standards de sécurité standards, ainsi que des pièces fatiguées au delà des limites autorisées.

lundi 24 mars 2008

Coup de gueule - Earth Hour.

Oui je sais, ce n'est pas mon habitude de parler de mes opinions personnelles, mais là ça va trop loin.
En février dernier, des "altermondialistes" et autres "écologistes" lançaient le concept d'une coupure volontaire de courant de cinq minutes dans toute la France. Ceci d'après eux pour économiser de l'énergie (C'est sûr, en France EDF coupe les réacteurs nucléaires pour cinq minutes de baisse de consommation...).


Eh bien voilà qu'est lancé la "Earth Hour 2008", une coupure volontaire d'une heure à travers le globe...

Il faut bien être conscient d'un fait (oui, pas une théorie, un fait). La plus grosse consommation des machines modernes fonctionnant sur alimentation électrique
est au démarrage. Donc considérons que le fait que tout le monde stoppe plus ou moins sa consommation d'électricité pendant une heure (avec un peu de chance ils seront assez malins pour laisser en marche réfrigérateurs et congélateurs), et que cela diminue la pollution créée par les centres de productions (c'est très peu probables, mais bon on ne sait jamais...).
Le redémarrage de tous les systèmes à peu près en même temps créera un pic de consommation.
Ce pic va créer une surconsommation (il faudra produire plus pendant un cours laps de temps), et donc une surpollution (logique), qui risque fort d'empiéter sur la prétendue économie créée par cette heure de coupure. De plus, tirer un grand coup sur le réseau (surtout aujourd'hui où les réseaux des pays limitrophes s'entrecoupent) va créer des surchauffes du réseau, et peut mener à une coupure de courant généralisée. Un peu comme quand vous faites sauter les plombs parce que vous avez allumé en même temps le four, le grille pain et la bouilloire... Mais à l'échelle d'une région...

Donc faite un geste pour la planète, et au lieu de vous donner bonne conscience en coupant la lumière une heure par an en faisant prendre des risques au réseau électrique de votre pays, regardez plutôt comment économiser l'énergie et moins polluer tous les jours par petites touches...
Ça sera probablement beaucoup plus intéressant pour tout le monde.

dimanche 9 mars 2008

News - La nouvelle armée irakienne passe au M16

Depuis le début de l'année, l'armée régulière irakienne se voit fournir des Colt M16A2 et M4 pour remplacer ses fusils d'assaut russes et autres dérivés.

Équipée jusqu'à présent de fusils d'assaut AK-47, AKM, Zastava M70 et M95, de leurs dérivés à crosse pliante, ainsi que d'AKMS-U et de pistolets-mitrailleurs PPSh-41 et 43, probablement aussi de nombre de fusils de production chinoise, bulgare, allemande de l'est, on en passe et des meilleures, l'armée de terre irakienne a débuté sa transition sur le fusil américain.

Ce changement a plusieurs causes.
La première est la disparité des armements. Les armes fabriquées dans les différents pays, même si elles sont issues du même design original, ont été altérées localement, et les pièces ne sont pas forcément interchangeable. D'où un casse-tête logistique, les armuriers réparant souvent les armes en en canibalisant d'autres.
La deuxième est l'âge des matériels. Si les armes les plus modernes ont été achetées au marché noir au milieu des années 90, la plupart viennent de stocks de l'Armée Rouge, et ont derrière elles au mieux 40 ans (AKMS-U), au pire plus de 60 (PPSh).
Ensuite, le système AK-47 est certes fiable, mais il commence à se faire vieux. Les armes sont lourdes, et la munition de 7,62x39 est réputée pour son manque de puissance à moyenne distance, les chargeurs servant à la transporter étant lourds et encombrants.
La dernière cause est que le système AK-47 en 7,62 n'est plus utilisé par aucun pays membre de l'OTAN, chez qui le standard est la munition de 5,56x45 mm OTAN (.223 SS109)


Le passage au M16A2 présentera beaucoup d'avantages :
- Interopérabilité avec les armements des pays de la coalition présents sur le terrain;
- Facilité de transport des munition (chargeurs STANAG)
- Unité de l'armement

En outre, le M16A2 est à la fois plus léger et plus précis, même si sa fiabilité n'est pas aussi bonne.

Pour les américains, le système aura deux avantages majeurs. D'une part ils se déchargent d'une grande partie (165 000 au bas mot) de leurs M16A2, devenus inutiles avec l'arrivée en unités du M16A4 fabriqué par FN Herstal USA, plus fiable et plus moderne. D'autre part, les fusils d'assaut seront enregistrés avec les empreintes digitales et l'identité du soldat auquel il aura été donné, permettant un meilleur contrôle de l'armement.
A ce jour 190 000 armes destinées à l'armée irakienne ont disparu des stocks depuis 2004, probablement récupérées par les forces insurgées.

[News] EADS/NGC sur la brèche

EADS North America (Airbus), après avoir décroché le contrat du remplaçant des OH-58 (Programme UH-72A) vient de décrocher celui du remplaçant du KC-135, en service depuis 1956.

Le programme, lancé en 2002, était acquis au Tanker sur cellule 767 de Boeing (KC-767) jusqu'à ce qu'une enquête menée par le sénateur John MacCain mette à jour les malversations de Boeing et les pots de vin versés par la firme aéronautique aux responsables des achats de l'US Air Force, envoyant une demi douzaine de personnes en prison.
La firme européenne EADS, alliée pour l'occasion au californien Northrop Grumman Corporation, en a profité pour présenter lors du nouvel appel d'offre une version améliorée de son KC-30 (A330 Multi-Role Tanker Transport ou MRTT), le KC-45, courant 2004.

La nouvelle a créé une vague de protestations, nombre de représentants se sentant floués par la décision de l'Air Force car le choix du modèle Boeing aurait créé nombre d'emplois chez eux.
Ce a quoi l'Air Force à répliqué que le KC-45A était le choix logique, plus intéressant que le KC-767 de par ses capacités d'emport largement plus élevées, les disponibilités des unités et une meilleure flexibilité.

Le KC-45A est un appareil bimoteur de transport multi-rôles, devant servir au transport longue distance de personnels et de fret et au ravitaillement en vol.
L'appareil est conçu sur la base d'une cellule du transport civil A330 dont la mise en service date de 1992 (1981 pour le Boeing 767). La cellule, identique à celle des appareils civils, subit ensuite l'ajout du système de ravitaillement en vol. L'aménagement cabine est différent de celui des A330 cargo civils, pour permettre l'emport des palettes militaires du Military Airlift Command (MAC) en plus des containers ULD civils. La différence majeure avec l'A330 civil vient du fait que le KC-30 et le KC-45A sont pourvus des ailes du quadrimoteur A340, les points de fixations supplémentaires servant à fixer les paniers de ravitaillement optionnels (produits par la firme britannique Cobham PLC).

EADS devra fournir 179 appareils pour un contrat d'un peu moins de 40 milliards de Dollars, le contrat de remplacement de la totalité de la flotte de KC-135 en service (530 appareils) pouvant leur rapporter en tout un contrat de 100 milliards de Dollars, deuxième plus gros contrat d'armement du DoD après les 200 milliards du programme Joint StrikeFighter (JSF - F-35).

vendredi 15 février 2008

News - JCP rising from the dead

Fin 2006 était mis un point final - du moins tout le monde le croyais - au programme du Joint Combat Pistol (JCP). Le programme, tout d'abord destiné au remplacement des automatiques reglementaires actuels dans toutes les branches du DoD (M9, M11, Mk24Mod0/P226 et clones 1911A1), avec une limite à 645 000 unités, était plus tard redescendu à 45 000 unités, pour un pistolet destiné uniquement aux forces spéciales (SOF), puis tombais aux oubliettes.

C'etait sans compter sur l'US Air Force, qui a demandé fin 2007 un financement de 90 millions de dollards pour le développement d'une nouvelle arme de service en calibre .45ACP pour remplacer les M9 de service vieillissants. Le principal argument des représentants de l'USAF est que beaucoup de leurs personnels n'ont que leur arme de poing pour se défendre, contrairement aux autres branches, et qu'ils necessitent donc une arme fiable, ce qui n'est pas le cas des M9.

Le congrès leur a répondu en exhumant le programme JCP et en lui accordant un nouveau financement de 5 millions de dollards.

Pour ceux qui n'ont pas suivi, un rapide rappel du JCP.
Cahier des charges :
  • Un pistolet semi-automatique, calibre .45 ACP;
  • Possibilité d'utilisation de chargeurs de capacité standard (8 coups minimum) ou de capacité étendue (10 coups minimum);
  • Possibilité de montage d'un silencieux;
  • Disponibilité d'un holster dédié de couleur Flat Dark Earth (FDE);
  • Présence d'un anneau pour une sangle;
  • Rail Mil-std-1913 intégré à la carcasse, devant le pontet, pour le montage d'accessoires
  • Traitement de surface externe non-réflechissant, traitements internes pour éviter le pourrissement des pièces non métalliques et l'oxydation des pièces métalliques;
  • Fonctionnement en SA/DA (Simple/Double Action), DAO (Double Action Only) ou SFA (Striker-Fired Action);
  • Le chargeur doit pouvoir se dégager seul du puit une fois déverouillé, à un angle de 45°;
  • Abscence de sécurités empechant de tirer une fois le chargeur enlevé;
  • Organes de visée illuminés, remplaçables localement, visée rapide;
  • Carcasse de couleur FDE.
En outre le JCP doit avoir une durée de vie de base de 20 000 cartouches, et doit pouvoir tirer 5 000 cartouches sans incident.

En lice (à l'époque de l'arret), HK45, SIG P220 Combat, Ruger P345, Smith & Wesson M&P45, Glock 21SF, Beretta Px4 Storm, Taurus PT-24/7 OSS, Fabrique Nationale FNP45-USG, Springfield Armory XD 45 et Para Ordnance LDA 1911.

L'US Air Force espère pouvoir commencer à acheter ses premiers JCP à la fin de l'année 2008.


Ils font suite à l'US Coast Guard, qui avait changé fin 2006 ses M9 pour des Sig P229 en calibre .40 S&W.

News - Le F-22 sera l'affaire de la nouvelle administration.

F-22 Raptor


Conçu dans les années 80, le F-22 Raptor fait toujours couler beaucoup d'encre. Apres des mois de chamailleries entre le Pentagone et la Maison Blanche au sujet de la taille de la flotte, l'administration Bush vient de rejetter l'affaire sur ses successeurs.
Car ce problème de taille est de taille. Les 20 derniers modèles d'une série de 183 appareils ont été financés, et Lockeed-Martin continue la production du chasseur de superiorité aérienne furtif.

Cependant, l'imprévisible est arrivé, l'affrontement de trois tendances. La première est défendue par les Joint Chiefs of Staff, qui commandent le Pentagone. Pour eux les 183 F-22 déja commandés suffiront largement, et il suffit de fermer les chaines apres 2011 (en jetant à la rue beaucoup de monde par la même occasion).
A eux s'opposent deux autres courants de pensées, l'un étant le Sous-Secrétaire à la Défense, Gordon England. Pour lui les chaines se devront de rester ouvertes pour remplacer les avions perdus en combat ou lors d'accidents.

Enfin, en bas du tableau, on trouve les spécialistes de l'US Air Force. D'après eux la superiorité aérienne americaine reposera principalement sur le Raptor, et d'apres leurs estimations en dessous de 380 appareils, cette supériorité sera fortement remise en cause.

La raison de cette remise en cause ? Elle est simplissime... La supériorité aérienne est assurée par l'US Air Force, et pour cela elle utilise des F-15 Eagle. Le F-15 est un bon avion, mais il assure l'intégrité de l'espace aerien americain depuis plus de 35 ans, et les cellules commencent à faiblir, comme on a pu le constater le 2 Novembre 2007 lorsqu'un F-15C de la Missouri Air National Guard s'est désintégré en vol à cause d'une faiblesse de structure, entrainant toujours le maintient au sol de 200 appareil de séries A à D à l'heure où est écrit cet article.
Le F-22 Raptor doit donc être, comme prévu à l'origine, un remplacement de F-15, et non un simple bouche-trous. Sachant que l'US Air Force possède à ce jour un parc de 570 F-15 C et D, l'Air National Guard en ayant un parc de 141, séries A à D, les 183 appareils d'hors et déja commandés risquent fort de ne point suffire.

vendredi 1 février 2008

News - Nouvelles règles dans le transport des têtes nucléaires

Le 17 janvier, l'US Air Force a mis en place un nouveau système de procédures pour le transport des têtes nucléaires tactiques. Les procédures, répertoriées dans un document de 153 pages, seront en application à 45 jours de la date de distribution des documents, début Mars.

Ces nouvelles procédures sont le résultat de nombreux mois d'investigations et de remise en cause des anciennes méthodes de transport. Cependant, la raison de leurs mise en place est un incident survenu en Août 2007.

Le 29 Août 2007, un Boeing B-52 de l'US Air Force Air Combat Command (ACC) décolle de Minot AFB (Dakota du Nord) à direction de Barksdale AFB (Louisiane). A son bord, 6 missiles intercontinentaux dotés de têtes nucléaires. Le lendemain, 30 Août, les personnels de l'Air Force se rendent compte que les missiles devaient être délestées de leur charge avant de partir du Dakota du Nord, et pour cette raison aucune mesure de protection et de sécurité spéciale n'avait été prise pour le transport.
L'enquête d'un mois et demi suivant l'incident mettra en lumière le manque de respect des mesures de sécurité en regard des charges nucléaires, et menera à la punition de 70 personnels.

jeudi 3 janvier 2008

Info Site - Nouvelle année

Je souhaite à tous mes lecteurs (les habitués comme les occasionnels) une bonne année pour 2008.

2008, année d'entrée en service du SCAR (si quelqu'un peut m'en fournir un pour un article, je suis preneur) et d'une prise de parti plus énergique de la France dans la G-WOT d'après certaines déclarations.

Cette année je vais tenter de poster mes articles de manière moins inégale, pas comme en 2007 quoi...

Voilà, merci à tous ceux qui viennent régulièrement lire mes articles, et je vous rappelle que vous pouvez me faire des remarques via les commentaires ou par mail, je ne mords pas encore.